AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DELIA EIGNER x And if the truth is liar ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Cassarah Cyan Eigner

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 26
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: DELIA EIGNER x And if the truth is liar ?   Lun 8 Déc - 23:43

    Nom et Prénom : EIGNER, Delia
    Maison: Gryffondor, deuxième année
    Rôle : (Demi)Soeur cadette de Cassarah Cyan, partage avec elle un puissant lien magique.
    Liens : Cassarah Cyan Eigner
    Caractéristiques : x Lien vers la fiche de Cassarah Cyan.
    x Les Eigner sont une riche et réputée famille de Sang-Pur dont le nom est répandu au sein de toute la communauté sorcière. Ce sont également de fervents serviteurs du Seigneur des Ténèbres.
    x Bien qu'elle ne le sache pas, Delia est issue d'une relation extra-conjugale de Nerissa Rosier Eigner, sa mère (identité du père à voir par la suite). Son père et sa soeur sont eux aussi au courant.
    x Principaux traits de caractère : fougueuse, bienveillante, courageuse, insouciante, crédule, franche, colérique, impulsive, fêtarde, pleine de joie de vivre, souriante, entière, sincère, arrogante, capricieuse, immature.
    x Elle partage un lien particulier avec sa soeur. Celle-ci peut ressentir toutes les émotions fortes de l'autre, et vice-versa, et ce quelle que soit la distance qui les sépare.
    Citation :
    Extrait de la fiche.

    Elle tourbillonne autour d’elle, papillonne, sautille en tous sens. Cassarah la chasse d’un revers de la main, cherche à concentrer toute son attention sur sa Métamorphose. En deuxième année, Cass est déjà une brillante élève, qui marque de par son intelligence et sa réflexion.
    « Delia, je n’ai pas le temps ! Je dois finir mes devoirs. »
    La petite fait la moue, et C.C. voit une larme perler au coin de ses yeux noisettes. Elle fait tout pour éviter de la regarder, ne voulant pas se laisser attendrir et distraire.
    Delia ne lui ressemblait décidément pas. Absolument pas. Elle était tout son contraire, aussi bien physiquement que moralement. Ses cheveux étaient bruns quand les siens brillaient d’or sous le soleil plombant, elle avait des yeux de biche d’une couleur commune, chocolat chaud, quand elle les avait océans, sa peau était mâte quand celle de Cass luisait au clair de lune, et elle était pleine d’énergie, jacassant sans arrêt, le sourire ineffaçable, l’âme d’enfant qui résistait envers et contre tout au monde impitoyable. Là où Cassarah revêtait ses différents rôles, jouant interminablement, Delia était constamment vraie, intègre, sincère. Si Sissi y tenait plus que tout, elle se montrait également froide et sévère envers elle, car elle représentait tout ce qu’elle ne pouvait pas être : confiante, naturelle, insouciante et entière. Elle évitait cependant d’aller jusqu’à se montrer abjecte envers elle, car elle avait bien remarqué le comportement de ses parents envers elle, qui en ferait bientôt une gamine capricieuse et intolérante si personne ne parvenait à la dompter. Cette manière qu’ils avaient de tout lui laisser passer, cédant au moindre de ses désirs, la laissant toujours agir comme elle le souhaitait, ne la réprimandant jamais. Et si Cassarah Cyan l’avait enviée durant les premières années pour cela, elle avait vite compris qu’ils ne faisaient preuve envers elle que d’une réelle indifférence.Son père parce qu’il ne s’agissait biologiquement pas de son enfant, et sa mère parce qu’elle avait compris qu’elle ne pourrait en tirer pour la famille rien de plus qu’en Cassarah, et même bien moins en réalité. Pourtant, CC, elle, était sûre qu’on aurait pu en faire une fillette docile et aimante, réellement dévouée. Au fond, ce n’était pas plus mal, qu’on lui laisse ainsi sa liberté.
    La petite s’en était alors allée, décidant de s’occuper seule, et son aînée avait pu se replonger en paix dans la transformation des objets en corbeaux. Pas pour longtemps. Quelques secondes plus tard, un cri perçant s’éleva du jardin, passant par la fenêtre entrouverte, et l’élève studieuse s’était levée précipitamment Dévaler les marches, ouvrir les portes d’un coup sec, traverser l’herbe. En combien de secondes était-elle parvenue en face du lac ? Une bonne trentaine, si ce n’était plus. Par Merlin et Morgana, par les fées des Ténèbres et la richesse des Gobelins, elle espérait ne pas arriver trop tard. Mais ces réflexions s’imposaient inconsciemment à son esprit, sans qu’elle ne s’arrête, car déjà ses vêtements s’humidifiaient et se gonflaient d’eau, tandis que ses yeux scrutaient dans les profondeurs la silhouette de sa sœur. Elle savait qu’elle était là. Delia jouait toujours auprès de l’eau, et sa chaussure était restée sur l’herbe, au bord. Sale garce, elle lui en faisait voir de toutes les couleurs. Pourvu qu’il ne soit pas trop tard. Bientôt, sa main s’accrocha à une étoffe familière, et elle ramena le petit corps tout contre elle. Les yeux de l’enfant étaient clos, et quelques bulles s’échappaient encore d’entre ses lèvres. Cassarah peina, tentant de remonter à la surface, le poids de l’enfant entre ses bras, et son jean qui pesait lourd sur ses jambes, l’entraînant toujours plus vers le fond. Puis deux sources de lumière les avaient enveloppés, les baignant dans de douces lueurs, couleurs qui se mêlaient l’une à l’autre. Cassarah conservait ses yeux irrités ouverts dans l’eau claire, observant le spectacle. Et puis le temps l’avait emporté, et elle s’était réveillée dans l’herbe, sous le soleil qui tapait, Delia entre ses bras et leurs vêtements dégoulinants.
    « Delia ! DELIA ! »
    La petite avait remué doucement, gémissante, avant d’entrouvrir péniblement ses yeux sombres. Cass s’était retirée d’un coup. Aucune séquelle, et elle ne se souvenait plus comment elle avait atterri là. Trou noir. Elle se souvenait seulement de ces lumières aveuglantes, qui avaient semblé jaillir de chacun de leurs corps et se mêler, comme protectrices.
    Elles comprirent que cet évènement avait changé leurs vies quand elles se rendirent compte que les émotions fortes ressenties par l’une se répercutaient en écho en l’autre, quelle que soit la distance qui les séparait. Peine, souffrance, joie, … Elles étaient désormais liées, plus que n’importe quelles sœurs, plus que n’importe qui.

    Avatar : Rachel Bilson ou kristin Kreuk
    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DELIA EIGNER x And if the truth is liar ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau Theme song pour R-Truth
» R-Truth
» A Truth Universally Acknowledged: 33 Great Writers on Why We Read Jane Austen
» 2x17 - The Ugly Truth
» [Horus Heresy] Garro : Sword of Truth de James Swallow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When darkness turn to light :: Gare de King's Cross :: Plume à Papote :: Scénarios-
Sauter vers: